La Séduction pour les Nuls

Dans le genre donneur de leçons… et cette fois en mode texte pour que ça reste lisible, mais je vous mets le lien vers l’image !

La Séduction pour les Nuls.

Comment faire pour séduire et plaire aux femmes ?
Comment, surtout, éviter les sujets sensibles,
Les sujets qui, toujours, finissent en drames,
Alors qu’avec nos potes, c’est toujours risible.

Je ne veux pas jouer absolument les machos,
Bien que, sur ces questions, on fait l’unanimité.
Les femmes comme les hommes ont parfois le sang chaud
Et certaines, au tricot, préfèrent le karaté.

Tous les manuels s’accordent sur une chose :
Il faut savoir écouter, et aussi comprendre,
Offrir attention et tendresse à forte dose,
Savoir, à la fois, les surprendre et les détendre.

Comprendre que l’idée de partager ses passions
N’est envisageable que pour certains domaines,
Et que, si la femme excelle dans la compassion,
L’homme trouve, dans les combats, sa chaleur humaine.

Chacun et chacune s’essaie à la modernité.
Si certains garçons ont un talent vestimentaire,
Il semble que ce soit dû à leur féminité,
Et aucun homme n’admettra qu’il en est fier.

Les femmes demandent qu’on reconnaissent leur force,
Leur endurance, leur habileté, leur énergie.
Elles aiment aussi qu’on sache que, sous l’écorce,
Sont des êtres pleins de douceur et de magie.

Convoiter leurs seins et parler de leurs yeux,
Voici l’exemple parfait de notre hypocrisie.
On leur dit qu’on aime leur sourire mystérieux,
On achète des fleurs, on écrit des poésies.

Comment leur dire, en changeant, chaque jour, les mots,
Qu’elles sont belles, qu’elles sont nos princesses,
Alors qu’on s’ébroue et grogne comme des animaux,
En essayant, sans succès, d’oublier leurs fesses.

C’est à peine si on prend le temps de dire bonjour.
Pour calmer nos ardeurs et satisfaire nos envies,
On voudrait pouvoir, directement, leur faire l’amour.
Ça ressemble, pour nous, à une question de survie.

Je me dis, parfois, qu’elles sont trop bonnes avec nous,
Qu’elles font de gros efforts pour ne pas nous brusquer.
Si elles acceptent de s’asseoir sur nos genoux,
C’est, le plus souvent, pour ne pas nous offusquer.

Rester naturel est la meilleure solution.
Leur dire qu’on les aime tout en les enlaçant,
Profiter sans pudeur de la situation,
En essayant d’oublier leur regard menaçant.

Jurer, la main sur le cœur, qu’elles sont uniques,
Que, sans elles, on aurait raté notre vie,
Que ce qu’elles sentent durcir, c’est juste mécanique,
Que c’est de leur bonheur dont nous avons envie.

Prier pour que ça dure, sans se faire de soucis.
On ne le sait pas mais on finira par grandir,
Et, après tout, tant que ça ne sent pas le roussi,
Sourions et continuons à nous étourdir !

© Frédéric Casset - 02/2015
Publicités

A propos Frederic

Pas de temps à perdre, redonne-moi un peu de ces délicieuses douceurs !
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Séduction pour les Nuls

  1. Bonjour Frédéric,
    En te lisant, je souris, ta prose n’a rien perdu Frédéric. Grand Corps Malade le décrit plus crument avec son slam « Ma tête, mon coeur et mes c…….
    Merci de ce fait pour votre mode d’emploi messieurs…au risque qu’il vous desserve, rire.
    Très belle journée à toi ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s