Le jeu chez Elleirame !

J’ai choisi cette photo de Rosamere :

jeu-image6-rosamere

C’est dans les couloirs du métro qu’on ressent encore plus la solitude dans la foule.

Dans ces longs chemins couverts de faïences blanches, au sol bitumé, que l’on est seul à parcourir pour peu que son horaire soit un peu décalé, ce vide qui s’étire jusqu’au prochain tournant, tournant qui nous fait apercevoir un autre bout de couloir, mais avec cette omniprésence de la foule, son brouhaha, son bourdonnement, mêlé au chuintement des rames du métro.

On croirait parfois que les murs restituent peu à peu les frôlements, les cris, les conversations téléphoniques et les mots d’amour des touristes volontairement égarés et, de temps à autre, quelques notes d’accordéon. Une flaque d’urine, un journal abandonné, un ticket usagé, et les pas pressés de ceux pour qui ces couloirs font un peu partie de chez eux, voilà où je roule ma valise, en route vers ma terre promise.

Merci de l’invitation à l’écriture !

Publicités
Publié dans Non classé | 6 commentaires

Pour jouer chez Elleirame…

Elleirame est une blogueuse qui a décidé de nous organiser un petit concours… simple… d’écriture à partir d’une image. Le plus dur a été de choisir l’image mais j’ai fini par y arriver. Voici donc le printemps qui prend son essor et un petit défi qui va commencer.

Pour voir son blog, c’est ici !

Et ma photo… la voici !

P1040469r

Ah ! J’ai hâte de commencer !

Publié dans Atelier, Divertissement | 4 commentaires

Coming out !

Bon, ben voilà… un jour ou l’autre je devais en reparler. L’occasion s’est présentée sur FaceBook où j’ai désormais un compte qui me sert à planifier mes activités de slammeur mais pas que ; j’y joue aussi pas mal à ces jeux débiles que j’avoue adorer (Candy Crush, Criminal Case, Pearl Perils) et que je partage avec… mes propres enfants !

Favoris

Je vous mets le texte exact de ce que j’ai publié sur FB :

“Je revendique ma Seconde Vie… suis-je devenu meilleur, suis-je devenu pire, suis-je seulement changé ? Je m’en fiche un peu pour tout dire. Je me suis libéré de la télé et de ses violences quotidiennes et ça, ça me rend meilleur !
Je me suis trouvé des amitiés tout autour du monde en restant dans mon salon… économies…
Et l’expérience prouve que l’on ressent amitié, amour, compassion et respect pour tous ces gens. Si vous lisez ceci, de toute manière, c’est que vous savez qu’il est apparu avec internet une nouvelle société, une nouvelle manière de communiquer, une nouvelle manière d’apprendre l’autre, débarrassé des apparences et des castes.
Que cet article me fait du bien… ce n’est pas que j’étais un prosélyte mais je défendais cet univers. C’est hier encore que j’ai accepté un contact avec une étudiante belge qui s’intéresse à la fonction de poète sur SL. Ses amies s’intéressent qui aux peintres, qui aux constructeurs, et une cherchait à contacter des personnes pratiquant une religion sur ce monde rêvé.
Et oui ! On y fait des guerres, habillés en gladiateurs ou avec des sabres laser… mais quand la bataille est finie, les amitiés jamais oubliées pratiquent cette fameuse « troisième mi-temps » chère à nos modernes combattants de paix.
Non, je ne vous y invite pas ! Pas plus que vous ne m’invitez à vos distractions. Mais oui, je peux aussi l’affirmer, on s’y découvre des talents cachés ou enfouis, et on s’y sent bien !”

Et voici l’article qui a motivé ce petit billet, article publié par une amie de Second Life justement :

http://www.psychologies.com/Culture/Medias/Articles-et-Dossiers/Second-Life-une-nouvelle-therapie

C’est sur Second Life que j’ai commencé à écrire, sur Second Life que j’ai trouvé l’inspi–ration des trois-quarts de mes textes et poèmes, c’est sur Second Life que je les ai montré et qu’on m’a encouragé à les sortir dans la “vraie vie”, c’est sur Second Life que je suis monté sur une scène pour la première fois… alors ? Des regrets ? Aucun ! ! !

Frederic sous arbre  DSC_2479

Mes amitiés virtuelles !

Publié dans Humeurs | 9 commentaires

Comment bien commencer l’année !

Puisque, il faut bien l’avouer, mon humeur est le plus souvent du style “tout me réussit”, puisque une nouvelle année s’avance, encore toute enrubannée – et peut-être encore un peu barbouillée chez certains – et puisque le poids de la tradition pèse de tous ces siècles d’obscurantisme sur mes épaules, je vous partage le petit mot que j’ai mis ce matin sur FaceBook, envoyé par SMS à mes groupes, délivré par courriel à certains… bref, partagé en mille et un morceaux.

Je tarde, j’attends, je tergiverse, je procrastine… j’emploie des mots compliqués pour un concept simple, le manque d’inspiration ! Je voudrais à tous envoyer un petit mot différent pour exprimer une idée simple qui tient en deux mots : Bonne Année !
Puisque je suis heureux, en bonne santé, et que tout me réussit, je vais juste vous souhaiter la même chose, avec de la chantilly et du vin qui pétille. Et si ça pétille moins parfois, passez donc qu’on trinque ensemble !
Le cyclone passe, on reconstruit plus solidement. Toute mon amitié et ma tendresse à ceux qui sont en bottes devant l’eau qui monte. Il y a des choses que je fais seul, ce qui me rend encore plus fier d’être allé au bout. Il y a des choses que vous faites seuls et qui me remplissent aussi de fierté et me donnent du courage.
Je souhaite donc que cette année soit aussi celle où nous oserons briser nos solitudes pour aller dire à l’autre notre compassion ou notre amour !”

Et pour continuer dans les bonnes choses, voici le premier slam que j’ai lu hier sur Second Life lors des préqualifications pour le Tremplin du Mans en mars prochain. J’ai fini premier mais… c’était la troisième soirée et je n’ai pas accumulé suffisamment de points pour obtenir une invitation. La bonne nouvelle c’est que… on peut y aller sans invitation ! Je vous tiendrai donc au courant le moment venu.

chien3

 

Attends !
Prends ton temps
Le temps de réfléchir maintenant
Ne dis rien pour l’instant

Comprends !
Que la nuit est tombée
Que les lumières se sont allumées
Et se reflètent sur les trottoirs mouillés

Comprends !
Que tu es seul désormais
Seul à dormir, seul à marcher
Que plus personne ne t’attend 

Comprends !
Que tu as tout ton temps
Et toute cette liberté
Dont tu peux profiter
Dont tu sais évidemment
Que tu vas la détester

Attends !
Prends le temps
Le temps d’écouter souffler le vent
De le sentir te pousser
Te secouer, te ballotter
Ne sois pas si pressé

Comprends !
Elle a fini par te quitter
Celle dont tu savais pertinemment
Qu’elle ne t’était pas destinée
Que c’était une chance inespérée
Que de l’avoir rencontrée

Attends !
Vieux fou au cœur rouillé
Qui s’est réveillé
Le temps d’un battement
Parce qu’elle est passée
Parce qu’elle existait
Vieux fou au cœur incandescent
Qui croyait évident
Que tu devais la rencontrer
Qu’ensemble vous deviez
Bavarder, rire, boire, aimer
Chanter, danser, manger
Partager tous ces moments

Et que chaque minute écoulée
Vous rapprochait plus intensément
Jusqu’à l’évidence partagée
Que vos vies pouvaient fusionner
Que vos espoirs, vos rêves, vos volontés
Prenaient le même chemin tourmenté
Espérant ne jamais s’en écarter
Vieux fou au cœur d’enfant
Comprends
Que le concept du « jamais » c’est du vent
Que le mot  « toujours »  ne représente que l’instant
L’instant fugace, fragile et fuyant
C’est pour ça qu’on doit se dire souvent
Je t’aime quand on est des amants
Et aussi garder à l’idée
Qu’on n’est pas fait pour l’éternité
Qu’il faut en profiter
Sans compter son temps

Appelle-là , maintenant !

Allo !
C’est moi, il y avait si longtemps
Ecoute-moi, juste un moment !

Attends !
Tu crois qu’on a fait notre temps ?
Tout n’est pas perdu pour autant
Nous allons réclamer un supplément
Un complément de temps
Puisque le passé était imparfait
Faisons du futur un bienfait
Pour le bonheur, je veux de l’illimité
Du haut débit, bien mérité,
Des câlins gratuits, de l’amitié
De la musique, qu’on bouge nos pieds
Des boissons douces et épicées
Je veux des sourires injustifiés
Pour laisser s’exprimer nos sentiments
Qu’on puisse se dire évidemment
Tout ce qu’on a retenu, caché
Pas osé s’avouer avant
Mais surtout et même uniquement
Des mots d’amour et des serments
Cadeaux d’amour et de bonheur partagé
Cadeaux de vie et cœurs d’enfants
Y croire intensément

C’est fait !
Le Père Noël est enfin passé
Reste plus qu’à déballer

Attends !
Non, je plaisante à présent
Vas-y, coupe les rubans
Arrache le papier
Je t’aime, je t’aime énormément.

fleur15

Le second slam lu hier, et qui m’a rapporté le plus de points, est un texte de mars 2011 qui m’avait déjà valu une victoire lors d’un tournoi local. De là à déduire qu’il vaut mieux parler de drames que de bonheur, il n’y a qu’un pas que – vous me connaissez depuis le temps – je vais franchir allègrement et avec le peu de souplesse qui me reste. Il s’appelait “Y’a pas de français !”. Je vais songer à en écrire d’autres dans le même style, pas pour le plaisir des mots, mais pour le plaisir de gagner !

Pour une fois, ce n’est pas à Lady que je vais adresser mes remerciements, mais à Fabienne, amie de Caen qui m’a guidé dans l’écriture, me lisant mon poème “Attends” pour que j’en évalue les moments forts et les incohérences. Fabienne est… très stricte et travailleuse, mais elle compense par un talent pâtissier affirmé, ce qui fait que… si je lui fais confiance pour éblouir ses invités avec son cheese-cake, je lui fais aussi confiance pour captiver un public avec des mots.

Publié dans Humeurs, Poésie | 7 commentaires

J’aurais voulu être un artiste…

Voici un slam, pour vous, un truc pas facile à lire peut-être, plus facile à écouter. Je vais penser à l’enregistrer dans ce cas. Je l’ai écrit pour une éliminatoire sur Second Life, pour me qualifier et participer au prochain tremplin Slam du Mans, en mars 2014. Je l’ai lu depuis à mes amis du groupe de lecture et lors de la dernière soirée slam sur Caen, mardi dernier. Grace aux conseils avisés d’une amie, je progresse dans la diction, le rythme, les pauses, les accentuations… et j’espère qu’il va rester dans mes préférés.

Comme j’ai bien envie de me distinguer, j’en ai un autre tout nouveau et un en cours de finition. Si seulement vous pouviez venir voir ça… mais il se peut aussi que, le succès aidant, je me déplace pour aller défier vos équipes locales, donc vous le verrez… peut-être.

Avec mes slamlutations, mes lecteurs !

J’aurais voulu être un artiste…

J’ai pas dit que j’pouvais gagner
Juste dit que j’pouvais participer
Que j’avais un tas de choses à dire
Pour le meilleur ou pour le pire
Qu’il me manquait juste le courage
Pour entamer l’enivrant partage
Et un public qui applaudisse
Et qui m’élise, en toute justice
Comme le show-man de l’année
Le gars cool et très aimé

J’ai pas prétendu pouvoir le faire
Mais essayez donc de m’faire taireTeleviseur
Nous vivons à l’ère numérique
C’est notre marque de fabrique
Monsieur tout le monde peut s’éclater
En un passage à la télé
Madame Machin trouve le bon prix
Et le quidam à tout compris
Consonne, voyelle !
As-tu sorti la poubelle ?
Plus tard ! J’veux voir le champion
La pétasse de luxe et puis l’espion
Le cuistot qui désespère
Le docteur fou et les experts
Le gars tout bleu, les filles d’à coté
Les canassons et les boules numérotées
L’interview à l’Elysée du président
Les grèves, les catastrophes, les accidentsBallon foot
Le dernier né du roi des cons
Et l’ivresse au fond du flacon
La gonzesse du footballeur
La détresse du monde et ses malheurs
Le dernier spécimen d’un truc poilu
Et le chanteur qui montre son c..
Un ours des Pyrénées en balade
Un troupeau de vaches malades
Un débat parlementaire à l’Assemblée
En Grèce, la terre a tremblé
Le banlieusard honnit la SNCF en grève
Toujours, en Afrique des enfants crèvent
Toujours, encore, toujours, plus fortvache
On s’en fout, on a le sport
Le Tour de France et le dopage
Le Tour du Monde en équipage
Le Tour d’Espagne, le Tour d’Italie,
Le Tour des Flandres et d’Australie
On veut croire que tout peut tourner
Et à la première chute on est consternés
Mais tout ça n’arrivera pas ce soir
Mesdames et messieurs, bonsoir
Je suis le slammeur qui déchire
Vous en avez vu de bien pire
Mais si, souvenez-vous, à la télé
Le présentoir officiel de tous les fêlés
Là où vous avez vu votre propre voisineCupcake
S’effondrer en larmes dans sa cuisine
Madame Machin faire des cup cakes
Et Pamela Truc faire sa sex tape
On s’en fout de la pudeur, faut du réel
Du croustillant, de la télé poubelle
Du sang, des larmes, des adultères
Des boissons sucrées qui désaltèrent
Des catastrophes, des enlèvements,
Des raz de marée, des ouragans,
Des légumes surgelés,
Des ménagères décervelées
Un mélange tout à fait explosif
Qu’on décrit comme exclusif
Alors que c’est du rabâché
De la bouillie déjà mâchéeile_deserte
Pour oublier la dévaluation
Visitez l’Ile de la Tentation
Dans la bande, une blonde incendiaire
Un prof d’aérobic et une infirmière
Un ingénieur au chômage
Une marchande de fromage
Une jeune fille au pair
Un papy encore vert
Et puis, il y a Sylvie
Spécialiste de la survie
Qui va trahir Jérémy
Pour un plat de spaghetti
Voilà l’humanité qu’on nous propose
L’exemple qu’ils donnent m’indispose
Bourdieu doit s’retourner dans sa tombe
Et Gandhi vouloir poser des bombes
Et moi, vous m’direz, qu’est ce que je fais là
A jouer les durs, les fier-à-bras
Au lieu de rester tranquille chez moi
A grignoter du chocolat !
Ben moi, je sors, madame !
J’use mes charentaises sur l’macadam
Pour le plaisir d’une bonne rime
Et comme remède à la déprime,
Je slamme, madame !
Je slamme !

© Frédéric Casset – 11/2013

Publié dans Poésie | 5 commentaires

Il faut que vous alliez voir ça !

C’est le concours de photos chez Josy, le dernier de l’année, avec trois galeries dont la célèbre qui contient les objets mystère. C’est ici et vous êtes invités à regarder, commenter, découvrir les objets mystérieux, fin des votes le 20 décembre !

C_Quoi

J’ai eu le plaisir de donner un des thèmes et, bien entendu, je participe aux trois galeries. Si vous trouvez quelles sont mes photos, je vous offre un dîner !

Mon thème ? Le Pied !

IMG_2307

Je reviens un peu plus tard… j’ai un slam à vous dire !

Publié dans Arts, Humeurs, Mes amis | 4 commentaires

Tes Mains…

Figurez-vous que je suis en train de préparer une soirée de lecture, dans une bibliothèque, où je vais réciter, en français, des poèmes de Pablo Neruda qu’une autre personne lira en espagnol. J’ai aussi une amie qui lira une lettre du sus-dit poète en introduction des poèmes du recueil “Les Vers du Capitaine”. Et, en bonus, une cuisinière sud-américaine aura préparé des spécialités de là-bas.

Dans ce recueil de poèmes, nous en avons choisi quatre dont deux célèbrent la femme aimée. L’un d’eux se nomme “Tus manos.”, dont je vous donne la traduction.

Tes mains

Lorsque tes mains s’envolent,
mon amour, vers les miennes,
que m’apporte leur vol ?
Pourquoi s’être arrêtées
brusquement sur ma bouche,
se faisant familières
comme si lors, avant,
je les avais touchées,
comme si avant d’être
elles avaient couru
sur mon front, sur ma taille ?
 
Leur douceur s’avançait
en volant sur le temps,
sur la mer, la fumée,
sur le printemps aussi,
et quand tu as posé
tes mains sur ma poitrine,
j’ai reconnu ces ailes
de colombe dorée
reconnu cette argile,
cette couleur de blé.
 
J’ai passé mes années
à marcher, les quêtant.
J’ai franchi les récifs,
gravi les escaliers,
les trains m’ont emmené,
les eaux m’ont ramené,
dans la peau du raisin
je croyais te palper.
Le bois m’a apporté
un beau jour ton contact,
l’amande m’annonçait
ta secrète douceur,
lorsque sur ma poitrine
tes mains se sont fermées
et là comme deux ailes
ont fini leur voyage.

Voici ce que tes mains m’inspirent !

Tes mains

Merci, ma Lady !
Après « Tus Manos », nous lirons « Tus Pies »… qui m’inspireront, bien sûr, mais que je dois encore écrire.
Mes amitiés à toutes et tous.

Publié dans Poésie | 4 commentaires

Pourquoi je suis parti…

C’est une excellente question et je vous remercie de me l’avoir posée !

Je suis parti pour mieux revenir, en fait. Et je me suis posé quelques questions sur l’inspiration, le temps pris pour écrire, pour profiter de la vie, des amis… Il a été écrit le 30 octobre et il est suivi de deux autres que vous aurez dans les jours prochains.

Pourquoi je suis parti

Merci, ma Lady, de ton talent et aussi de ton attention. Bientôt l’ouvrage maître de l’année… je vous tiens au courant. Amitiés !

Publié dans Poésie | 6 commentaires

Souhaits.

Ce poème est le dernier d’une époque… il est le dernier à ne pas avoir été retravaillé !

Je sais !  Dit comme ça, ça semble étrange. Mais vous verrez avec les suivants que les temps changent, en mieux.

Souhaits

Illustré par Lady le 17 septembre, j’ai vraiment pris mon temps pour vous le montrer… paresseux que je suis.
Toutes mes excuses !

Publié dans Poésie | 5 commentaires

Humeur de Concours…

Coucou, tous !

Les galeries du concours photo de Josy sont en ligne depuis déjà une semaine et je vais les partager avec vous afin que vous puissiez aller regarder, apprécier, soupeser et voter selon votre envie. Comme ces galeries sont simultanément sur SkyDrive et FaceBook, je vous propose de passer par le billet récapitulatif chez Josy pour vous y rendre.

P1110935Puisque mon objet mystère a été découvert, je peux partager avec vous un album de la galerie des Machines de l’Ile de Nantes. A terme, un immense arbre métallique étalera ses branches sur lesquelles des insectes mécaniques se déplaceront de manière autonome ; un projet grandiose pensé par des “bricoleurs” de génie qui ont décidé que rien n’était impossible !

P1110936r

Voici donc pour vous quelques images d’un éléphant, d’une chenille, d’une cigogne, de parasites et de fleurs carnivores entièrement réalisés en bois et métal.

Il me semble que je retrouve un peu de temps pour écrire et partager, ce dont je suis ravi. Ce lundi, je décongèle une saison de framboises pour en faire des confitures. A vue de nez… ça va approcher les 6/8 kg de jus ! Sourire 

Bonne journée à tous !

Publié dans Humeurs, Mes amis | 2 commentaires