Atelier télévisuel…

Cet atelier nous a été proposé par Zazabelle pour un petit groupe de personnes. Je l’ai relayé à mes poétesses virtuelles et, enfin, voici les textes que j’ai récolté.

Les mots étaient ;
rythmer, s’esbigner, helminthe, rutabaga, escadron, violet, vieillissement, piastre, escalader, mathématiquement

et le thème : Journal télévisé

tv9

Mon texte original était en prose… par manque de temps.

Voilà, mon cher Jean-Pierre, vous voyez ici le dispositif principal de l’installation, un gigantesque aimant de vingt-trois tonnes qu’un escadron de techniciens doit escalader quasiment tous les jours pour régler l’azimut des injecteurs de protons. Le détecteur travaille dans l’ultraviolet, dans la bande des deux cents nanomètres et un poil de fourmi. Nous avons besoin de trois mille litres de liquide de refroidissement qui circulent dans cette batterie de tuyaux que vous voyez sur le dessus. Ils refroidissent les aimants supraconducteurs qui confinent les produits dans la chambre de réaction, évitant que des particules en viennent à s’esbigner.
Pour rythmer tout ça, un supercalculateur travaille en atmosphère contrôlée et refroidie, ce qui évite le vieillissement des composants. Mathématiquement parlant, cet engin est à lui seul la somme des cerveaux d’une université de province. Financièrement parlant, c’est un gouffre à piastres. Esthétiquement, ce n’est pas terrible, mais il faut dire que c’est bougrement efficace. Notre taux de guérison atteint fréquemment les cent pour cent.
Le patient prend place sur ce plateau matelassé, allongé, les bras le long du corps. On lui a fait boire deux litres de jus de rutabaga additionné d’extraits d’ail, d’anis et de girofle. Le bombardement particulaire est ensuite activé, finissant d’étourdir les helminthes. Le rutabaga fait ensuite son effet et le patient va éliminer tout son contenu intestinal… à l’endroit prévu pour ça.
Le processus dure moins de dix minutes et le taux de rechute et quasiment nul. Après un tel traitement, je vous assure que les gens font très attention à ce qu’ils ingèrent.

——————————————————–
Et voici, dans l’ordre alphabétique
——————————————————–

tv6


Eluna Baramm

Monsieur James est journaliste à la télé
Il commente les nouvelles au journal télévisé
« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, bonsoir
La lune a été volée, il fera noir ce soir

Il vient de nous parvenir une information
Helminthe Lever s’est esbigné de sa prison
Personne ne sait comment il s’est évadé
S’il a eu un complice ou seul s’est échappé

La police est sur les dents et conseille la prudence
C’est un être dangereux et en pleine démence
Barricadez vous à la nuit tombée
Fermez bien vos portes et tous vos volets

Insurrection dans la ville de Potatoes
Il s’y passe vraiment de drôle de choses
Rutabaga Chouvert et son escadron de dissidents
A envahi le sénat et retient le gouvernement

Il dénonce les méfaits du Président
L’accusant d’avoir détourné de l’argent
Notre envoyé spécial nous tiendra au courant
Des changements concernant cet incident

Passons maintenant à quelques réjouissances
Au centre de vie du pays d’Espérance
La danse est venue rythmer le temps des citoyens
Pour combattre le vieillissement prématuré des chiens

Une excursion est prévue pour les personnes intéressées
L’escalade du versant sud de la montagne Renversée
Pour vos inscriptions, contactez Madame Filant
Au numéro inscrit en bas de votre écran

Passons à la bourse qui garde un peu d’équilibre
Le tolar est en hausse, la piastre en chute libre
Mathématiquement parlant, rien ne peut la remonter
Sauf un évènement que l’on ne peut imaginer

Terminons en beauté sur des image du carnaval
Des couleurs, de la musique termineront notre journal
Nous vous souhaitons à tous une bonne soirée
N’oubliez pas, ce soir, votre émission préférée

——————————————————–

tv2

Hérésielle Jasper.


R eposée, alanguie sur le sofa violet,
U n café fumant sur la table du salon,
 je réfléchis et me décide à l’allumer :
T iens! Il va enfin tenir la conversation.
A ussitôt, un flot de maux de se déverser
 depuis le sombre poste de télévision.


B ombes, cris, escalade de la violence,
A pocalypses miniatures et incendies.
 mathématiquement, je le dis, je le pense :
G risez-vous encore un peu avant l’hallali,
A vant la fin du monde et de nos dépendances :
 l’escadron de la mort vole au-dessus des vies.

le monde se liquéfie là en un million
d’helminthes grouillant, s’agitant sur un cadavre,
au rythme saccadé d’un peuple moribond.
et tandis que le vieil astre rejoint son havre,
comme une piastre ternie jetée à une souillon,
le présentateur dit d’une voix soudain grave :

« Le vieillissement cutané, enfin, n’est plus
une fatalité. Et la guerre en Irak
a fait bien plus de morts que pensait l’ONU.
mais il faut manger bio même si ça rend patraque,
Depardieu s’esbigne de la France en Belgique,
On a trouvé du ch’val dans les fraises Tagada,
Les fillettes de six ans portent des wonderbras,
Puis se tirent une balle en salle de gymnastique. »

le dernier vieux soleil est mort à l’horizon,
le monde se liquéfie là en un million
d’helminthes grouillant, s’agitant sur un cadavre,
au rythme saccadé d’un peuple moribond.

Finies nos dépendances à la télévision.

——————————————————–

tv7

Iphigénia (Martine Bond)

Le messie de la télé s’installe, tel un diplomate,
C’est l’heure pour lui de tenter de briller avec l’actualité.
Mathématiquement, il va faire escalader l’audimat
En lisant au rythme de son temps de paroles comptées.

A l’extérieur, il y a un monde dévasté par la pollution,
Ou chaque jour, malgré moi, j’y apporte ma contribution.
Un peuple sans la moindre piastre luttant avec abnégation
Contre des hommes de pouvoirs qui les contraignent à la soumission.

A l’extérieur, il y a un monde traqué par des escadrons de la mort,
Fuyant sur les chemins, laissant des démunis hagards au regard violet.
Il y a des parents qui pleurent d’avoir perdu le fruit de leurs corps
Et d’autres qui se lamentent pour la cruauté de leur enfant violée.

De l’extérieur, je regarde ce monde qui n’est pas le mien,
Un monde fourmillant comme un million d’helminthes,
Juste des menteurs en phase de vieillissement et des vauriens
Tentant de s’esbigner dans les méandres d’un labyrinthe.

Ecœurée par ces images diffusées à l’heure du repas,
Je me tourne vers l’extérieur pour faire quelques pas,
Afin surtout de faire descendre ma purée de rutabagas
Qui aurait pour résultat de faire de bien gros dégâts.

Ce monde qui est le mien, se veut simple et anonyme
Pour le conter, je l’agrémente de quelques rimes,
C’est une forme de partage, une façon d’être moins égoïste
Et de faire rythmer le monde intérieur et celui de l’extérieur qui existe.

Auquel je résiste …

——————————————————–

tv8

Ndrix Gloom

J’ai chez moi une boîte à image
Qui rythme ma vie au gré de ses flashs
Elle s’allume et sans plus de réglage
M’ouvre des horizons de potache

Ma télé me parle et elle m’explique
Les choses de la vie
Ma télé me montre c’est mathématique
Comment on y survit

Avec elle,
J’apprends à faire s’esbigner
Les helminthes des corps infestés
En regardant un professionnel de santé
Qui vulgarise les différents procédés

J’étudie les bienfaits du rutabaga
Mitonné par des apprentis cuisiniers
Au cours d’un sujet sur les plats
Mettant à l’honneur ces légumes oubliés

Je redécouvre les principes grégaires
De la vie en société
En regardant une série animalière
Nous montrant un escadron de guêpes rayées

Ma télé me parle et elle me raconte
Les évènements vécus
Ma télé me montre et parfois démonte
Les idées reçues

A l’approche des vacances d’été
Le présentateur se jette à l’eau
Et dénonce les méfaits des ultraviolets
Sur le vieillissement de la peau

A l’annonce de la flambée du cour des piastres
Sur le petit écran mon cœur s’emballe
Mathématiquement ce serait un vrai désastre
Si le Québec ne valait plus que dalle.

J’aurais presque envie de savoir escalader
Pour pouvoir moi aussi profiter du spectacle
Que nous montre dans ses reportages ma télé
Comme autant de nouveaux miracles

J’ai chez moi une boite à image
Qui, aujourd’hui n’est pas allumée
Je voudrais pouvoir me passer de ses mirages
Mais mon esprit n’est toujours pas rassasié

Vite… je vais louper le journal télévisé……

——————————————————–

tv5

Et moi à nouveau, en alexandrins, pour ne pas être en reste !

Mathématiquement, notre civilisation est condamnée
La Terre n’est pas extensible, vous l’imaginez
Même si nous pouvons faire grandir les villes
Et habiter les mers sur d’artificielles îles

La science combat depuis toujours le vieillissement
Tant et si bien qu’on différencie mal la fille de sa maman
Et que les grands-mères exhibent des cheveux violets
Et déambulent en patins dans des vêtements bariolés

On a vaincu la peste, le choléra et d’autres maladies
On perd de la fantaisie tandis que montent les interdits
Pour un cafard dans un paquet ou quelques helminthes
On peut vous expulser, ruiné après un dépôt de plainte

Des escadrons de jeunes piétinent devant Pôle Emploi
On redécouvre les vertus des topinambours et des rutabagas
Pour quelques piastres, on peut négocier un fusil
Et on voit des jeunes applaudir au retour des nazis

Pas moyen de s’esbigner, la consommation est partout
C’est l’escalade de la culture et le règne des toutous
Pour rythmer nos vies on demande à de modernes machines
De remplacer nos corps d’athlète mais nos cœurs en ruine

Voilà, mes amis, ce que la vie vous réserve désormais
Veuillez maintenant éteindre cette boîte qui vous informait
Nous allons vous injecter le plus gros des informations
En intra veineuse et il n’y aura pas de réclamations

Avez-vous remarqué que les images sur les publicités des téléviseurs ne représentent quasiment que des paysages idylliques ? Peut-on demander le remboursement de notre achat pour cause de mensonges ?

Merci mes Amies de vos complicités. Vous êtes très diverses, c’est certain, et je suis fier d’être votre lien.

Publicités
Cet article a été publié dans Atelier, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Atelier télévisuel…

  1. Martine Bond dit :

    Merci d’avoir publié les textes de tes amies virtuelles… Un petit faible pour mes deux copines !
    Bonne journée

  2. babybelle14 dit :

    que vois je? une superbe réponse à ces quelques mots…un délice..un moment idyllique de lecture..faute d’avoir une image prometteuse…un superbe moment sincèrement…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s