Lente Montée vers le Plaisir

Ma Muse m’a demandé des mots pour se distraire. Je lui en ai donné selon mon humeur et elle m’a écrit un poème qu’elle m’a autorisé à vous faire lire.

A votre premier rendez-vous
Vous vous mettez à frissonner
Juste en posant ses yeux sur vous
Il vous trouble, vous en rougissez

Et vous vous dites toute étonnée
Qu’il ose m’embrasser un orteil
Je serai là à son réveil.

Le lendemain m’assurez-vous
Vous saurez mieux lui tenir tête
Juste en souriant d’un air doux
Il vous affole, sous la jupette

Et vous vous dites toute rosée
Qu’il ose remonter au genou
Je serai pendue à son cou.

Le jour suivant ce n’est pas tout
Vous essayez de le croiser
Juste en clignant l’œil un p’tit coup
Il vous trouble, vous en tremblez

Et vous vous dites toute agacée
Qu’il ose m’effleurer la cuisse
Je le tartine de petit suisse

Chaque jour des gestes un peu plus fous
Vous résistez toujours un peu
Juste en soufflant dans votre cou
Il vous enflamme, c’est merveilleux

Et vous vous dites toute énervée
Qu’il ose me lécher le nombril
Je le kidnappe seul sur mon île

A chaque minute vous l’espérez
Vous ne savez plus qui vous êtes
Juste en se retournant sur vous
Il vous traite comme une midinette

Et vous vous dites toute enivrée
Qu’il ose me parler de mes seins
Je les lui dépose dans les mains

Et tous les jours ça recommence
Vous n’osez pas et il le sait
Juste en partageant vos silences
Il vous donne l’envie d’être une fée

Et vous vous dites toute excitée
Qu’il ose me prendre par les épaules
Je le plaque sous moi sur le sol

Parfois aussi vous en doutez
Vous laissez courir votre peur
Juste en étant attentionné
Il vous couvre de sa douceur

Et vous vous dites toute apaisée
Qu’il ose me faire goûter ses lèvres
Je lui promets l’éternité

Finalement ça arrive un jour
Vous vous retrouvez nez à nez
Juste en arrivant dans la cour
Il vous enlace sans hésiter

Et vous vous dites toute soulagée
Qu’il ose me le dire dans les  yeux
Je l’épouse sans même hésiter.

A le sentir si près de vous
Alors vous vous abandonnez
Juste en vous embrassant d’un coup
Il vous a fait capituler

Et vous vous dites toute décidée
Qu’il ose me souffler à l’oreille
Je lui dis qu’il est mon soleil.

A mon tour, ce matin, entre mon lever et mon petit déjeuner, j’ai suivi l’ordre des mots imposés : orteils, genou, cuisse, nombril, sein, épaule, lèvres, yeux et oreille.

Et voilà l’travail !

Lente montée vers le plaisir

Envoyé à 9h30 à Lady, le texte revenait à 10h07 sur son image…. et quelle image ! Merci donc à ma complice de mots, et merci à ma complice d’images pour ce bien beau cadeau.

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Lente Montée vers le Plaisir

  1. Fr@ne & @l ~~ Mouette & @lbatros dit :

    eh bé ! et on dit que chez moi c’est chaud !
    Vais reprendre une douche moua !
    Bises

  2. Martine Bond dit :

    Merci à tes charmantes complices ! c’est magnifique…
    Pour ma part, je vais rejoindre un tout autre complice qui ne me procure aucun plaisir, lui… un complice domestique ! mon fer à repasser ! lol eh oui…. on ne peut pas qu’être complices d’images et de mots… faut bien que le reste se fasse aussi et jusqu’à présent, je n’ai trouvé de complice pour cette tâche !
    Merci pour ces beaux textes et au plaisir,
    Bises, Martine

  3. patous77130 dit :

    de la bonne poésies comme j’aime
    Lady a trouvé la belle créa
    lente montée mais c’est tellement bon

    bisouss de Pat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s