Adolphe, hypocondriaque ou pas !

Atelier lettres de Zazabelle chez Ghislaine.

Lettres de la semaine, D et O:
Doué, doré, donc, doyen, doute, doigt, docile, double, douzaine, douleur, douceur, dossier

Abandonné sur l’accoudoir du vieux canapé fatigué qui trainait dans le corridor, Adolphe redoutait de se rendormir dans cette atmosphère doucereuse qui régnait ici. Le docteur Fred avait encore du retard ! Adolphe se sentait doucement s’enfoncer, comme à chacune de ses visites hebdomadaires. Il ouvrit le dossier qu’il avait posé sur le guéridon et commença à feuilleter les documents. canape-arizonaIl avait consulté une première fois pour une douleur abdominale alors qu’il était encore enfant. Le médecin, un hindou d’âge vénérable, avait parlé grosso-modo d’un engorgement du cholédoque et Adolphe s’était docilement laissé prescrire quelques plantes, dicotylédones et astringentes pédonculées dont il avait oublié le nom et qu’il buvait dans un gobelet do orné de mandalas. Adolescent, vers douze ans, le régime gras-double que lui imposait sa mère, charcutière, avait de nouveau perturbé son système endocrinien et fait redoubler ses crises. Il avait décidé d’abandonner saucissons et andouilles pour des salades de fruits et des macédoines de légumes !
lepidoptereUn tel régime, associé à du sport, du judo et de la course d’endurance, avait calmé le mal et lui avait donné une carrure de docker, avec des abdominaux superbe. C’est à l’âge de dix sept ans que, sa libido grandissant, il rencontra Dominique à la faveur d’un déménagement dans le Calvados. Dominique était une jolie brunette toute en douceur, fille du doyen de l’université, et qui avait une passion pour les lépidoptères. Ils se rencontraient au domicile de la jeune fille et s’adonnait à un flirt de plus en plus poussé. L’adorable peste souriait aux bredouillis d’Adolphe, mal à l’aise malgré ses douches bi quotidiennes, ses déodorants et une demi douzaine de crèmes anti-acnéiques. Comme toute les jeunes filles, Dominique était toujours pimpante et fraiche – aux yeux de son galant – et le jeune homme doutait de son hygiène.

Arrivèrent ses vingt ans et il dû partir au Service Militaire où il fut intégré, malgré ses doléances et contre les avis doctoraux, dans les commandos. C’est là qu’intervinrent ses douleurs au doigt ! Ne pouvant lui confier une arme, on le traina de corvées en marches dans la gadoue avant de l’exempter et de le renvoyer à son édredon douillet et… à sa Dominique. Il se trouva un petit boulot de documentaliste dans une bibliothèque de campagne, boulot pour lequel il semblait do. Après avoir passé plusieurs semaines à dormir et a se laisser dorloter, Adolphe avait gagné un petit bedon qu’il s’efforça de perdre quand… son dos commença à le faire souffrir et il dû donc consulter un spécialiste. Pour ce dernier, il ne faisait aucun doute que le poids des livres allait le contraindre à abandonner ce travail ou à adopter des postures plus sures.
dindonAbandon de son travail, examens, encore le bourdon et recherche d’un moyen de subsister, histoire de couper le cordon. Adolphe naviguait entre les parties de domino avec un copain douanier et les conversations avec un dominicain défroqué peu orthodoxe, doté d’une pépie inextinguible et dommageable à son sacerdoce. Un jour qu’il se réveilla dans un bouquet de chardons, il décidé de cesser de se doper aux alcools forts et reprit, docile, le chemin du travail en devenant dompteur de dindons dans un cirque miteux. Les volatiles dodus, uniquement préoccupés de grains, l’idolâtraient alors que lui ne voyait dans ces oiseaux rondouillards que de la bidoche sur pattes qui, de surcroit, offensait son odorat.
Il fut ensuite conducteur de bulldozer, amidonneur de cravates, apprenti cordonnier, majordome de paille, dormeur Duval et Pastis 51, matador et navrant, testeur d’édredons d’Aine et Dondon, troubadour de supermarché, vendeur de meubles suédois, toréador dans une conserverie d’escargots, picador dans une fabrique de brochettes, gondolier d’eau douce, représentant en piscines et donjons, videur de douilles, domestique à Thouars, doublure de député, fumeur de haddock à Amsterdam et donneur de roudoudous à la sortie d’un pensionnat de jeunes filles. Il s’essaya au judo, à la mandoline, au vaudou, à la sodomie… en prenant un pseudonyme !
roudoudouA mesure que les souvenirs revenaient, Adolphe sentait ses oreilles bourdonner et son abdomen gargouiller. Il replia doucement les documents pour ne pas les endommager et ramena à lui son porte-documents par la bandoulière pour ranger le dossier. Fredonnant doucement, il considéra le kaléidoscope de sa vie et sourit. Dodelinant de la tête, il finit par s’endormir en attendant le pro de l’endoscope…

Je vous en ai mis plus de 120… et je me suis restreint, faut le savoir ! Quand on aime…

A propos Frederic

Pas de temps à perdre, redonne-moi un peu de ces délicieuses douceurs !
Cet article a été publié dans Atelier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Adolphe, hypocondriaque ou pas !

  1. soryu64 dit :

    J’avais beau faire semblant de m’extasier sur tous ces DO MINEUR, MAJEUR, DIÈSE ET BÉMOL, mon regard louchait lamentablement en direction des roudoudous !
    Rodolphe peut se rendormir sur ses deux grandes oreilles. Il peut avoir fait des exploits, quand une femme a dans son champ de vision des sucreries, elle n’apporte pas beaucoup d’attention au reste.
    😀
    Bisous, est-il besoin que j’ajoute « félicitations » ?

  2. Ghislaine dit :

    dormeur duval au pastis, en passant par gondolier d’eau douce,
    Adolphe est vraiment un touche a tout !!!
    bravo Fred !! tu t’es bien amusé sur ce do !!

  3. Ping : Récapitulatifs des 2 ateliers cette semaine/ les verbes et les mots en DO/ « Atelier Ghislaine

  4. bon … je suis obligée de reconnaître publiquement, ici, que, sur ce coup là, tu es le maître incontesté du DO.
    et c’est en ployant le mien, de dos, que je m’associe à l’adorable peste de l’histoire pour bredouiller moi aussi que c’est une réelle douche que je viens de prendre là…
    je m’incline donc … BRAVOOOOOOO
    lol
    ps : je te deteste quand même hein! …. 🙂

  5. ladyfrance59 dit :

    … on ne compte pas ! C’est bien connu …
    Encore un texte rondement mené ! Bravo

  6. giselefayet dit :

    Je pense que les pros de l’endoscope seraient heureux de lire ton texte . J’imagine les patients s’endormant hilares à la lecture de ce texte ou complètement déstressés acceptant le serpent inquisiteur sans sourciller .
    Bravo
    Bisous

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s