La joueuse de Harpe

Tout ça a commencé avec une amie qui joue, parfois avec moi, sur Second Life, et qui a trouvé un petit boulot de harpiste dans une taverne. Dans ce genre de situations, il est demandé d’écrire les situations, les sentiments, les paroles… et elle a pensé à moi pour camper sa joueuse de harpe. Elle a précisé… la vouloir sensuelle, ce qui m’a tout d’abord paru impossible puisque son costume est une robe longue et épaisse et qu’elle porte un turban et un voile qui ne laissent voir que ses yeux. Mais je m’y suis attelé, et voici le texte:

La harpiste.

Elle s’installe doucement derrière son instrument, attentive à n’en point faire sonner les cordes avant l’heure. Le dos droit, les pieds bien à plat sur le sol, elle se force à respirer lentement, essaye d’oublier les personnes autour d’elle. Si certains regards glissent sur la silhouette recouverte d’une robe de brocart brodée de fils d’or, elle sait que d’autres essaient de la deviner derrière ses vêtements. "La vraie séduction vient de l’imagination", lui disait sa mère.
Des conversations, des plats qui s’entrechoquent, des cris à l’extérieur, tout cela, elle le pousse sur le coté de ses perceptions, ne gardant que la présence rassurante de son instrument. Sa main fine se pose sur le bois vernis, patiné par sept générations de joueuses, ses aïeules. Elle retrouve, du bout des doigts, comme des vibrations qu’elles ont laissé. Elles sont présentes à ses cotés, toujours, quelque part dans l’air chargé de parfums suaves, comme si elles posaient leur regard chaleureux sur elle.
Elle plaque ses paumes sur le bois tiède tandis que le bruit des conversations s’éteint doucement. Elle ne jouera pas avant que chacun ai décidé de l’écouter; c’est son privilège et elle compte bien en user. Enfin, dans le silence revenu, elle se courbe sur sa harpe, lance ses bras pour l’enlacer et ses doigts accrochent les premières notes.
Comme une pluie d’étoiles sur un dôme de cristal, la mélodie nait sous ses doigts experts. Elle caresse les cordes, gourmande de leurs timbres étincelants, égrène des phrases courtes qui s’étoffent de rubans multicolores.
A mesure que la musique s’enroule autour d’elle, la harpiste semble se grandir, bouger en lentes ondulations. Ses doigts touchent à peine l’instrument mais les notes sonnent toujours aussi fort. La promenade commence dans un sous bois ombreux où le soleil coule en rayons dorés. D’un friselis argentin, elle nous mène vers le ruisseau qu’elle redessine selon son humeur. Elle y pose des reflets, des vaguelettes, un tourbillon. Un poisson saute sur une mouche de mai ! Elle sent la chaleur du soleil à travers les frondaisons, l’herbe fraiche sous ses pieds nus. Du bout du doigt, elle perche un oiseau inconnu sur une branche basse. Chacun voit ses couleurs éclatantes, chacun entend son chant délicat.
Elle a désormais quitté ce monde et elle guide les personnes autour d’elle dans son exploration, leur montrant fleurs et insectes, oiseaux et papillons. Approchant d’un grand peuplier, elle plaque sa paume sur le tronc et l’âme de sa harpe soupire au travers du bout de ses doigts. Une présence esquissée reste dans l’ombre, une silhouette qu’elle débusque parfois, altière et gracieuse, d’un jeune homme aux cheveux bouclés, mais qu’elle ne partage pas avec des inconnus. Sous ses pieds, elle sent à nouveau la pierre du carrelage. A ses oreilles reviennent les bruits familiers de la demeure. Alors, doucement, avec une grande tendresse, elle fait glisser ses mains sur toutes les cordes pour une dernière caresse, un au-revoir.
Ses yeux s’ouvrent et elle fait face à son hôte, incline légèrement la tête. Dans sa poitrine, son cœur s’apaise lentement.

Une fois ce texte écrit, j’ai trouvé que la situation, les phrases, tout pouvait donner la base d’un joli poème… que je me suis empressé d’écrire. Lady est rentrée hier soir, et ce soir elle m’offrait son illustration !

La harpiste

Merci à mon inspiratrice, merci à mon illustratrice, puissent ces quelques lignes toucher votre cœur !

A propos Frederic

Pas de temps à perdre, redonne-moi un peu de ces délicieuses douceurs !
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La joueuse de Harpe

  1. soryu64 dit :

    mouche, il a fait mouche ton poème ! Bises.

  2. ladyfrance59 dit :

    C’est magique … le défi a été relevé avec brio !
    Bravo à toi Fred

    Kisssouxxx et belle journée

  3. Valérie dit :

    Bon, bah que dire sinon qu’on (pardon, je) tombe sous le charme… de ta plume bien sûr.
    😉
    2 textes absolument magnifiques.
    Bisous Fred.

  4. patous77130 dit :

    je me souviens des années (avant….. dans ma classe une copine jouait de la harpe
    merveilleusement en cour de musique
    un instrument très beau
    et belle harmonie ( l’instrument et jeune demoiselle)
    un bel article et
    Bisousss pour toi et notre Lady

  5. RRoooo revoici notre Frédéric, merci 😉
    Tu as des doigts magiques mon cher Frédéric, aussi magique que cette harpiste, dans un autre registre. C’est beau, tendre, léger, mélodieux……..un délice……
    Bonne après-midi à toi avec de doux bisous

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s