Rencontre au square.

Atelier d’écriture chez Régine
http://redeba.spaces.live.com/blog/cns!55AB7DB88B512407!9385.entry

Syllabe de la semaine: SQU
131 mots trouvés, 90 utilisés, si si !

Je quitte la presqu‘ile pittoresque où j’ai avalé rapidement un sandwich sorti de mon bagage damasquiné. Une bourrasque arrache ma casquette au sortir du bosquet, l’emporte, esquivant un buisson de lentisque avant de la poser au beau milieu d’une flaque d’eau huileuse. Lorsque je me penche pour récupérer l’esquif, un mouvement brusque attire mon regard. J’évite un joli béret basque et j’entends bisquer dans mon dos.
Une frêle dame, aux grands yeux noirs d’odalisque, engoncée dans un anorak énorme, esquisse un sourire navré et, me dépassant, ramasse le disque flasque dans la soupe visqueuse. Sans s’offusquer mesquinement de l’accident, elle presse le béret esquinté entre ses mains. Je risque à mon tour un sourire et me penche pour ramasser mon couvre-chef autant que pour masquer mon hilarité face au grotesque de la situation.
Et brusquement mon pied glisse sur la boue, j’évite une vasque, battant des bras grotesquement, et je tombe, souillant d’un coup presque toute mes frusques. La fresque doit être plaisante car mon esquimaude part d’un rire gargantuesque. Ma honte est à sa mesure, gigantesque, mais, je n’aurais pas ce ménisque douloureux, je tomberais le masque sans mesquinerie et rirais avec elle.

 Flaque
Un grand échalas, quasi squelettique, qui pénétrait dans le square, un casque de moto à la main, me gratifie d’un sourire clownesque, ses moustaches de mousquetaire frétillantes de bonheur. Ma compagne d’infortune, risque-tout, s’avance et, chevaleresque, d’une arabesque, me tend la main. Puisqu‘elle insiste, sans brusquerie, je lui confisque, le temps de me relever. D’une esquive elle s’éloigne de mes habits visqueux; la boue y fait déjà des squames. Le temps est frisquet et, lorsqu‘elle parle de partager une fiasque de marasquin qu’elle portait à sa mère-grand dans le kiosque près de l’obélisque, je n’hésite pas un instant.

Une statue casquée, armée d’une francisque, est embusquée près de l’édicule. Le crâne d’un squelette pleure sous la pluie, un mollusque y trace la route. J’insiste sur les portes busquées par l’humidité, esquintant un peu le bois et nous resquillons l’entrée sans souci du risque. L’intérieur est calme, joliment décoré d’une peinture mauresque représentant un vase de céramique où s’étalent des jusquiames. Je me fais l’effet d’un resquilleur dans une mosquée. Point de garde armé de mousquet ici, c’est sans risque que nous poursuivons nos frasques romanesques.
Je débusque d’un meuble bas un tourne-disque oublié, un vieux magazine sur les squales, un autre qui affiche la disqualification d’un coureur dopé, mais pas de verres; nous boirons à la bouteille ! Elle est disquaire, jusqu‘au-boutiste et fantasque; sa culture livresque sur la civilisation étrusque est impressionnante. Son parfum musqué, ou bien est ce le vin, m’enivre. Je la brusque un peu dès que parait un rayon du soleil jusque là masqué. Je parlerai un autre jour de ma thèse sur l’utilisation des sesquiterpènes en traitement des desquamations simiesques en milieu naturel. L’heure est aux adieux, merci de cette astérisque dans ma vie.

Publicités
Cet article a été publié dans Atelier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Rencontre au square.

  1. marie-jo dit :

    tu aurais pu être le héros de mon histoire ! Mais en plus rigolo ! J’aurais voulu être là lorsque tu as glissé dans la boue. Je sais, je sais, ce n’est pas marrant… enfin, un peu quand même ! j’y ai cru un moment, et rigolais tout fort. J’avais oublié que ce n’était qu’une histoire ! Bises.

  2. Framboise dit :

    Abracadabrantesque, de vraies fresques….. Dignes de toi. Je suis admirative, vraiment, je ne pourrais plus malheureusement, en faire autant. J’ai passé un très bon moment. Bises

  3. ♥.҈.҈.♥. Zéphyrine dit :

    Tu as relevé le défi de Brigitte en réussissant à placer SESQUITERPENE…Tu écris tellement bien, que l’on a toujours l’impression chez toi que c’est simple d’écrire une histoire avec une grande liste de mots…mais non ce n’est pas si simple et tu peux donc croire en ton talent de conteur et de poète.

  4. Frederic dit :

    @MaJo:Je suis content que ça puisse sembler si réel… pour moi, je dois dire, le plaisir ne vient que de la diminution de la liste des mots :-)@Framboise:Te rouler dans la boue ? Mais si… on s’y roulera ensemble, même, si tu veux.@Régine:Si un mot a une définition, alors on peut l’employer… envoyez les mots zarbis !!!

  5. Marie dit :

    je suis enivrée par ce billet et sans avoir bu de marasquin!!On attend la thèse sur les sesquiterpènes??????Vais voir au dico……………..Bravo et biz

  6. PAT dit :

    houlala!!!!!!!!!!!!!!!!!!je me sens toute petite moustique moi!!!!!!!!!!!!!quel texte Frédérique

  7. Christian dit :

    Là t’es hors concours ….. vraiment ! avec 90 mots aux syllabes en S Q U. Ma parole t’as du éplucher tout le dictionnaire !! Bravo, 90 fois et plus….Bravooo

  8. Brige dit :

    Pittoresque, clownesque, romanesque…il y a de tout dans ton récit !même un clin d’oeil au petit chaperon rouge !!Et je vois que le "sesquiterpène" a trouvé preneur !!….Je m’obstine à chaque fois à faire du très concentré, croyant que c’était la règle,mais je vois que du développé 😦 " il y en a un peu plus, je vous le mets ? ") trouve sa place dans nos ateliers de mots…. Bravo, Fred et à la prochaine !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s