David et Goliath

(Écrit le 26 mars 2008 – j’ai hésité à remettre celui çi, manque d’assurance, volonté de ne pas choquer….)

C’était un matin pendant mon petit déjeuner, entre le morceau de camembert, hommage à ma terre d’adoption, et la tartine de confiture, dédicacée à ma gourmandise, c’était à la radio… deux nouvelles parmi d’autres, la rencontre de faits "divers".

  • Des troubles éclatent dans des provinces chinoises proches du Tibet.
  • Carquefou s’offre Marseille en Coupe de France !

Laissant de coté la souffrance du peuple tibétain, l’analogie n’échappera à personne, ou comment un petit groupe de passionnés va bousculer la grosse organisation, jusqu’à la vaincre comme l’ont fait ces footballeurs "du dimanche". Je n’ai que peu de gout pour le football, mais là, chapeau bas les petits gars, vous ne me donnez pas envie de regarder les matchs mais vous gagnez mon respect.

Et puis, pour les tibétains, comme pour toutes les communautés opprimées, délaissées, oubliées, j’ai confiance, je crois sincèrement que ce sont toujours les gentils qui finissent par gagner mais bon, je suis un grand naïf. Et puis… on oppose pas le foot avec les émeutes où l’armée tire sur des moines…
Quoique ! Le sport est une religion pour certains, et la mort a souvent visité les stades. Oups, faut pas que je rentre là dedans, je sais pas où je vais.

Et, en fin de journal, une dernière nouvelle, comme une délivrance… Euthanasie : Chantal Sébire retrouvée morte chez elle.
Bizarre, non comme on met tout de suite un titre à une nouvelle… personne ne sait ce qui est advenu mais l’affaire est déjà jugée par un journaliste, un sérieux, en plus, sur France Inter. Vous voulez mon avis ? Sans défendre l’un ou l’autre, sans juger, je trouve dommage qu’on reproche à certains la langue de bois, le politiquement correct, et à d’autres leur franchise. Je revendique le droit au dérapage, je veux pouvoir parler sans réfléchir, livrer mes impressions à vif… et je compte sur vous pour me pardonner mes écarts.
On fait comme ça ?
Je vous aime tous, même et surtout les donneurs de leçons; la maladresse est humaine.
Et je pisse sur les dirigeants enfermés dans leurs doctrines débiles, mais là, encore une fois, j’ai confiance, un jour ils ne noieront dedans.

Publicités
Cet article a été publié dans Humeurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s